Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for mai 2010

Crabtree & Evelyn

Vous connaissez peut-être déjà Crabtree & Evelyn si:
– vous êtes une mamie (bienvenue!)
– vous avez vu les nombreuses boutiques au Royaume-Uni
– vous avez vu les très (très, très!) nombreuses boutiques en Amérique du Nord

Si vous ne rentrez dans aucune de ces catégories (j’aimerais trop qu’une mamie mette un commentaire à ce billet :-D), ou si vous voulez en savoir plus, lisez ce qui suit!

De l’art de faire de l’ancien avec du nouveau et de l’Anglais avec de l’Américain

Crabtree & Evelyn semble être une marque plutôt ancienne, au vu des packagings, des typographies, etc. Mais j’ai été surprise d’apprendre que cette marque au drôle de nom n’a été fondée qu’en 1972… et qu’elle n’est pas vraiment anglaise! Mais rassurez-vous, je ne suis pas tout à fait hors sujet…

Au début des années 1970, Cyrus Harvey, entrepreneur américain, établit une boutique de savons à Cambridge (!), en Nouvelle Angleterre (!!). Fasciné par l’art de vivre anglais du 17ème siècle, il découvre les travaux de deux botanistes britanniques de l’époque: George Crabtree et John Evelyn.
Ce dernier est assez connu et semble avoir été un personnage important à son époque: il est notamment célèbre pour ses ouvrages sur la forêt, les plantes, et, déjà à cette époque, la pollution. Quant au dénommé George Crabtree, j’ai eu du mal à trouver des informations, et j’ai même lu par-ci par-là que ce personnage serait fictif et « créé » de toutes pièces par la marque… J’espère que c’est faux, sinon je trouve ça assez nul de la part de la marque. Mais bon, comme ce bon vieux Cyrus a bien fait son boulot, il a une histoire de rechange: « crabtree » signifie « pommier sauvage », un arbre originaire d’Angleterre devenu le logo de la marque. Ouf, sauvé!…

Bref, la marque ouvre son propre magasin à Philadelphie en 1977, et un autre à Londres trois ans plus tard. Aujourd’hui, Crabtree & Evelyn compte environ 350 magasins dans plus de 40 pays.

Le succès de la marque tient à quelques idées simples:

Un positionnement semi-naturel de part l’usage de fruits, fleurs et herbes, qui lui confère un côté Yves Rocher, mâtiné d’accents traditionnels / régionaux qui me font penser à L’Occitane. Et comme L’Occitane qui joue à fond la carte « Provence pour Parisien/non-Provençal/touriste », Crabtree & Evelyn a le discours et les packagings parfaits pour faire rêver d’Europe (le « vieux continent ») l’Amérique la plus profonde.

Une spécialisation dans le savon – le produit parfait pour ancrer l’image « tradition à l’ancienne » et susciter l’achat d’impulsion. La marque dit respecter la tradition et s’appuyer sur les techniques de fabrication du savon en faisant « revivre l’art de fabriquer des savons traditionnels et glycérinés, grâce à une reproduction parfaite des formules appliquées au 19ème siècle et à l’usage des technologies modernes ».

Une image de « marque à cadeaux » au côté lifestyle très tendance en ce moment, à l’instar de L’Occitane, Jo Malone ou Molton Brown. Ce qui est particulier chez Crabtree & Evelyn, c’est de proposer non seulement des produits de beauté et de toilette, mais également des accessoires et… de l’épicerie fine! (ce qui me fait penser à Miller Harris qui a récemment lancé une gamme de thés) En effet, les boutiques vendent des crèmes hydratantes, des parfums, des rasoirs, des trousses de toilette, et puis aussi des confitures, du thé et des petits gâteaux (le trio anglais, quoi). Au-delà de ce mic-mac improbable, il faut bien avouer que les coffrets cadeaux de la marque sont ravissants et bien pensés comme vous pouvez le voir sur ces images.

Les gammes de Crabtree & Evelyn

Côté produits, on trouve à la fois des choses terriblement banales, et d’autres plutôt différenciantes. Mais d’un côté comme de l’autre, on a l’embarras du choix tant les lignes et les produits sont nombreux.
Si vous êtes fan de lavande, de rose ou de muguet, alors vous allez adorer cette marque. Chacune de ces fleurs à la senteur très British est déclinée en une flopée de références: de l’eau de toilette au gel douche sans oublier, évidemment, la savonette et le talc, vous pouvez vous shooter à la fleur de votre choix jusqu’à vous en donner la nausée! Je dis ça car, si les senteurs sont plutôt réussies, elles sont très clairement « soliflores ».
J’utilise en ce moment la crème pour le corps de la gamme Rosewater. Je suis contente de la fragrance, qui fait ce qu’elle dit: c’est de la rose à fond les ballons… et la senteur reste sur ma peau jusqu’à la prochaine douche. Côté efficacité, si on est plutôt sur un produit plaisir, je trouve qu’il n’y a pas de quoi se plaindre: ma peau est assouplie, adoucie et hydratée durablement (mais les peaux très sèches préfèreront un produit plus « sérieux »). En revanche, je suis un peu déçue par la texture que je trouve cheap, digne d’un produit de grande surface.

Une autre gamme que je trouve sympathique est La Source, dont je vous ai rapidement parlé dans mon billet précédent. Avec son odeur neutre et propre aux accents marins (dans le sens frais et iodé, pas poissonneux!), elle convient aux femmes comme aux hommes. Dotée d’un positionnement « spa », elle propose des produits simples et sans chichis contenant des sels minéraux ainsi que des extraits d’algues.

J’adore la crème pour les mains « Hand Therapy » de cette ligne. Pour la petite histoire, quand je travaillais pour une marque de parfums dans un magasin qui vendait aussi du Crabtree, mes mains étaient toutes desséchées à force de passer du nettoyant sur mon comptoir en verre noir qui se couvrait de traces de doigts toutes les 5 mn (eh oui, c’est ça aussi la vente!). Alors dès que j’avais une minute de libre, je me jetais sur le testeur de Hand Therapy et en prélevais une petite noisette pour me soulager.

Ce produit est hyper concentré et peut vous durer des mois voire plus! La texture est absolument superbe: elle se répartit facilement sur la peau, pénètre très rapidement, et réconforte durablement les mains les plus sèches. Bref, un must-have!

Je n’ai jamais essayé la ligne Gardeners, mais je la trouve très intéressante. Comme vous le savez peut-être, le jardinage, c’est LE dada des Anglais. Pour beaucoup, un dimanche après-midi au B&Q (magasin de bricolage et jardinage) est une sortie de choix. Et même à Londres, beaucoup d’appartements jouissent d’un jardin individuel ou partagé (peut-être un critère pour ma nouvelle « flat search »!). Alors avoir une ligne de soins pour les jardiniers, c’est non seulement répondre à une demande mais aussi enfoncer le clou sur le côté « Angleterre traditionnelle » cher à la marque.

Le but de cette ligne est de nettoyer et réparer les mains abîmées des jardiniers. On y retrouve des savons liquides gommants pour lutter contre la corne, d’autres plus crémeux pour laver en douceur mais aussi plusieurs types de crèmes.

En vrac, Crabtree & Evelyn a aussi une gamme Goatmilk à base de lait de chèvre (!), une autre à l’Aloe Vera, une ligne rafraîchissante nommée Citron, Honey & Coriander ou encore un parfum nommé Evelyn Rose, fait à base d’une rose créée par un botaniste de renom exclusivement pour la marque après huit ans d’expérimentation. Il paraît que la version initiale du parfum était divine mais que la nouvelle l’est beaucoup moins…

La minute marketing

Etant Provençale et ayant de l’urticaire chaque fois que je vois marqué « Manosque-EN-PROVENCE » (la ville s’appelle Manosque tout court, comme Brest ne s’appelle pas « Brest-en-Bretagne ») sur les emballages de L’Occitane, j’avoue que cela m’a un peu refroidie vis-à-vis des marques qui jouent la carte « régionale » de façon aussi poussée.
Mais alors là en plus quand la marque n’est même pas basée dans le pays dont elle revendique l’image (bon, d’accord, la région de Boston est sans doute ce qu’il y a de plus européen aux USA, mais quand même), ça me gêne un peu car j’ai l’impression qu’on me prend pour une imbécile (comme avec l’histoire de Monsieur Crabtree). Je sais bien que la plupart des consommateurs de Crabtree & Evelyn ignorent (ou alors se fichent) que le siège de cette griffe est aux Etats-Unis. Mais une fois qu’on le sait on ne peut qu’être un peu déçu. Comme quand on découvre que la société a été créée dans les années 1970 et non il y a plus de cent ans comme le positionnement le suggère.

Autre défaut, je trouve la gamme vraiment trop étendue. J’ai beau un peu connaître la marque, quand j’ai parcouru l’ensemble de son site en préparation de ce billet, j’en ai eu le tournis. Crabtree & Evelyn a tellement de lignes différentes qu’il y a des produits que je trouve redondants d’une gamme à l’autre. Et je plains les chefs de produits qui doivent suivre toutes ces gammes…

Côté points positifs, je trouve la marque extrêmement intelligente de proposer des lignes par senteur. Cela fait non seulement le bonheur des addicts de rose ou de lavande (qui doivent sans doute être les mêmes clientes qui raffolent de produits « anglais ») ainsi que celui des indécis qui seront bien contents de composer un panier cadeau facilement. Très maline aussi la gamme pour jardiniers, ce créneau étant pour l’instant assez peu occupé.

Enfin, le côté « lifestyle » est clairement une tendance de fond. Et bien que je sois perplexe devant la cohérence produits de soins – petits gâteaux (!?), on ne peut nier que cette offre large permet à la marque de raconter une belle histoire et de faire plonger le consommateur dans l’univers de la marque en multipliant les occasions et les lieux de consommation. Dans le salon (parfums d’ambiance), dans la salle de bain (hygiène – beauté), au jardin (Gardeners), en voyage (kits), à l’heure du thé (épicerie fine) et dans la hotte du Père Noël (coffrets cadeaux), la marque sait trouver une bonne excuse pour s’inviter dans votre quotidien, ce que je trouve un peu abusé mais… diablement bien pensé!

 

 
Si vous connaissiez déjà Crabtree & Evelyn… comment êtes-vous tombé dessus? vous aimez?
Si vous découvrez… ça vous donne envie d’en savoir plus voire d’acheter? pour vous, ou plutôt pour offrir?

 

 Pratique

En France, 2 boutiques à Paris et une à Rennes.

Au Royaume-Uni, nombreuses boutiques à travers tout le pays. Malheureusement, le site de e-commerce ne livre pas en France.

J’ai un peu de mal à retrouver les prix en France mais pour vous donner une idée, les crèmes pour le corps sont aux alentours de 25€, les parfums autour de 40€ les 100 ml, et la fameuse La Source Hand Therapy à 15€ le tube de 100 ml.

Au Royaume-Uni, de 6£ la mini-crème pour les mains à 100£ le kit de rasage fabriqué par Edwin Jagger pour la marque.

Les avis conso sur Beauté-Test

Read Full Post »

Disclaimer: veuillez m’excuser pour ce titre pitoyable, j’étais un peu en manque d’inspiration aujourd’hui…

A force d’examiner les points de vente beauté britanniques sous toutes leurs coutures, j’ai remarqué encore une différence intéressante avec la France: l’existance et l’importance du rayon « soin des pieds ».

Cela m’a plutôt surprise car nos marques françaises n’ont pas toujours un soin pour les pieds dans leur gamme. Et quand on a besoin de ce genre de produits, on se tourne souvent vers les marques de parapharmacie, pas toujours glamour. Sinon on peut faire un tour chez The Body Shop qui propose une ligne complète… ah ben tiens, TBS est une marque anglaise, comme par hasard!

Et puis j’ai remarqué une autre chose. Ici les femmes portent souvent des talons très hauts et parfois très fins façon stiletto, et ont  un faible pour les chaussures à brides… mais, que ce soit pour des raisons de budget ou simplement des goûts, elles ne misent pas forcément sur la qualité.

Ainsi, toutes les marques de vêtements et de chaussures britanniques, y-compris les plus abordables, proposent des modèles de chaussures complètement délirants, souvent bling-bling, pas toujours de bon goût. Car il en faut du choix, les Anglaises ne portant pas ce genre de chaussures uniquement pour de très grandes occasions: en effet, chaque week-end (voire en semaine), ne serait-ce que dans mon quartier pas méga branché, c’est à un vrai défilé de micro-jupes sur stilettos auquel j’assiste! Ici, même pour aller dans un endroit aussi banal qu’au pub ou au ciné, on se dress up bien plus souvent qu’en France, ce qui veut dire que l’on ne sort pas sans un litre de laque dans les cheveux, une bonne platrée de fond de teint (trop cool, mon industrie a de beaux jours devant elle!), une robe bien courte et, forcément, des talons façon échasses.

Alors forcément, l’association Talons très hauts + Brides qui scient le pied + Chaussures de mauvaise qualité + Port très régulier = pieds martyrisés. Si l’on ajoute à tout cela l’engoûment grandissant, partout dans le monde, des consommatrices pour les vernis à ongles de toutes les couleurs qu’on aime exhiber chaque fois que c’est possible, on obtient un besoin en soin des pieds très conséquent.

Du coup, les marques britanniques présentent un assortiment large et varié de produits et accessoires pour les pieds. Quels que soient les problèmes de vos petits petons, vos préférences en matière de packaging ou votre budget, vous trouverez forcément votre bonheur dans les rayons Foot Care outre-Manche.

A l’approche de la belle saison qui va nous faire exhiber nos pieds doux et soignés, voici un tour d’horizon des gammes qui ont retenu mon attention.

La plus complète

Avec 19 produits dans sa gamme Gorgeous Feet, Boots est la championne en matière de choix et de variété.
Et avec des prix allant de 1,99£ à 6,49£ ainsi qu’un superbe coffret à 15£, ce serait dommage de passer à côté!
Outre ses prix vraiment abordables, Georgous Feet a l’avantage d’être une ligne très complète. En effet, on y trouve non seulement des soins hydratants, mais aussi des gommages, des semelles en silicones à placer dans les chaussures ainsi que des accessoires de pédicure.
Par ailleurs, Boots étant à la base axé santé, il est totalement légitime pour la marque de proposer des produits plus techniques: on trouve par exemple un soin spécifique pour réparer les talons craquelés, un baume hydratant intense à laisser poser la nuit, ou encore un soin spécial pour les ongles des orteils… plus précis, y’a pas!
Enfin, une autre force de cette ligne est d’aborder le soin des pieds sous un angle glamour, à mille lieues des bons vieux Scholl et autres Akiléïne. Le nom de la gamme, son logo, la couleur rose bonbon des packs, les textures soignées, l’existance de petits formats pratiques à emporter… tout est fait pour faire du soin de nos petons un moment privilégié et vous donner envie d’acquérir toute la gamme!
Je ne sais pas vous, mais pour moi je crois que ça marche, je VEUX ces produits!!

La plus rafraîchissante

Peppermint de The Body Shop a été une des gammes pionnières dans le soin des pieds. Aujourd’hui elle compte 7 produits + 1 kit, tous contenant de la menthe poivrée, d’où son nom. Cette plante, en plus d’avoir une senteur rafraîchissante parfaite pour désodoriser les pieds, a des propriétés purifiante et énergisante, top pour stimuler la circulation sanguine. Avec son parfum frais et unisexe ainsi que ses packs aux couleurs toniques, cette gamme a l’avantage de pouvoir plaire autant aux femmes qu’aux hommes. Notez que le Smoothing Pumice Foot Scrub de cette ligne est un best-seller qui, malgré son ancienneté et donc son peu d’attractivité pour la presse, continuer de récolter des citations régulières par les journalistes beauté du pays… 
Je viens de découvrir que la gamme Peppermint a une petite soeur, Lemongrass (citronnelle) constituée de 4 désodorisants pour les pieds aux utilisations différentes: bain de pied, lait, spray, gommage.
Pour ma part, je ne suis pas du tout attirée par ces produits: je préfère soit des soins plus ludiques, soit carrément des produits de pharmacie, mais les odeurs de menthe poivrée et de citronelle, non merci!

La plus British

Chez la marque anglaise Crabtree & Evelyn, La Source est une ligne d’inspiration « spa » pour le corps à base de sels minéraux et d’algues récoltées le long des côtes britanniques.
Et cette ligne contient notamment des produits pour les pieds dotés de la senteur caractéristique de la gamme, très propre et rappellant la fraîcheur de l’air marin. On y trouve un exfoliant à l’huile de menthe poivrée (encore elle!), une crème très nourrissante, ainsi qu’une huile pour les ongles et cuticules utilisable pour les pieds et les mains.
Les textures de cette marque sont remarquables: à la fois nourrissantes et légères, elles sont aussi très concentrées, du coup très peu de produit est donc nécessaire à chaque utilisation.

La plus branchée

Ciaté est une nouvelle petite marque made in UK qui fait de plus en plus de bruit grâce à ses jolis vernis et à son dissolvant senteur chocolat blanc (si, si!) – évidemment, un artice complet est aussi à venir sur cette marque.
Chez Ciaté, les packagings de la gamme pieds sont, comme pour le reste des produits, plutôt mignons, avec un côté girly-boudoir du plus bel effet. La marque propose un exfoliant au beurre de cacao et à la menthe poivrée (!) et un lait revitalisant à l’avocat et à l’eucalyptus regroupés sous le nom « Girls Night In », ainsi qu’une huile à la noix de coco et au kukui. Pour info le kukui ou bancoulier est une plante que l’on trouve en Malaisie, en Indonésie et à Hawaï. L’huile que l’on extrait de son fruit est la plus pénétrante de toute, on obtient donc un toucher non gras plutôt bienvenue sur nos petons.
Je suis assez attirée par cette marque je dois dire, notamment par leurs vernis et bien sûr par cette huile pour les pieds qui a l’air super!


Lors de votre prochaine virée à Londres, si vos pieds crient « stop » après un excès de shopping, vous saurez désormais comment les consoler avec ces produits 100% British!

Read Full Post »

Gina Conway

J’ai beau avoir passé un an au siège international d’une grande marque de produits capillaires et avoir absorbé quantité de vocabulaire chevelu en Français comme en Anglais, quand le besoin d’une visite chez le coiffeur s’est fait sentir quelques semaines après mon arrivée à Londres, j’ai eu un peu peur. Comment expliquer ce qu’on veut exactement dans une langue qui n’est pas la sienne? Surtout quand les coiffeurs français peinent à comprendre que « coupez juste les pointes » ne veut pas dire « faites-moi passer de Rapunzel à Agyness Deyn »

Et il faut dire que, si je croisais quelques belles chevelures, c’est surtout des trucs pas très réjouissants que je voyais au quotidien: coupes trop à la mode, trop effilées, du blond platine partout, sans compter que la consommation de produits coiffants et d’alcool des Anglaises doivent être voisines. Bref, vous voyez le tableau…

Du coup j’ai dû faire quelques recherches sur le net. Pas aussi facile qu’en France car je trouve qu’ici les gens sont moins branchés forums, avis conso, etc. Mes critères étaient les suivants: dans mon quartier, un peu haut de gamme mais avec des tarifs raisonnables, une bonne marque de produits. C’est comme ça que je suis tombée sur le salon Gina Conway de Fulham, à moins de 10 mn à pieds de chez moi.

Gina Conway est une coiffeuse américaine originaire de San Francisco. Lors de vacances à Londres, elle rencontre un charmant jeune homme par l’intermédiaire d’une amie. Du coup, elle décide de quitter sa Californie natale pour s’installer dans la capitale britannique. Et elle atterrit à cette occasion dans un salon John Frieda (article sur les produits à venir!). Mais rapidement, l’envie d’ouvrir son propre salon se fait sentir.

Alors en 2001, elle s’établit à son compte en commençant avec Fulham. Dans une interview pour un magazine professionnel, elle explique avoir choisi ce quartier pour l’ambiance communautaire qui y règne, plus propice à remplir son objectif d’avoir une clientèle fidèle que si elle s’était installée en plein centre-ville.
Le succès aidant, elle ouvre un second salon à Notting Hill trois ans plus tard, puis un troisième l’an dernier à Wimbledon.

Une des particularités des trois salons Gina Conway, en plus de tous se situer à l’Ouest de Londres, est d’être des flagships Aveda (groupe Estée Lauder): cela signifie que les salons sont brandés Aveda, que les produits utilisés sont exclusivement ceux de cette marque, et que le personnel a été formé aux techniques (de massage, par exemple) ad hoc. Je ne vais pas vous faire un long topo sur cette marque car je serais hors-sujet (d’autant qu’il s’agit d’une marque américaine), mais il s’agit de produits utilisant un maximum d’ingrédients naturels et ayant une forte éthique allant dans ce sens. Ils proposent des produits capillaires et ont étendu leur gamme aux soins du corps et du visage mais aussi au maquillage et à des produits d’aromathérapie pour la maison (bougies par exemple).

Bref, venons-en au coeur du sujet. Tout d’abord, il faut savoir que chez Gina Conway, comme chez de plus en plus d’autres coiffeurs comme Toni&Guy notamment, il existe des « grades »: il y en a 5, de « Stylist » à Gina Conway herself. Et évidemment, les prix ne sont pas les mêmes. Moi pour commencer, et dans la mesure où je ne voulais rien de bien sophistiqué, j’ai demandé à être reçue par une « Stylist ».

Et la première chose que j’ai adoré, c’est que c’est la même Stylist, Suzy en l’occurence, qui s’est occupée de moi du début à la fin de la prestation. Car s’il y a une chose que je trouve assez désagréable dans nombre de salons, c’est qu’on passe entre les mains d’un nombre incalculable de gens: le coiffeur X va d’abord vous demander ce que vous voulez avant de disparaître en coup de vent, l’apprentie Y va vous faire un shampooing et va essayer de vous refourguer « un soin » dont on ne sait rien mais qui pourrait saler votre addition, puis X va revenir pour la coupe, et avec un peu de chance vous aurez Z pour le brushing. Pour moi c’est insupportable et bas de gamme: cela veut dire que je dois répéter plusieurs fois la même chose, et que personne ne connaîtra parfaitement mes cheveux dans ce salon.

Après m’avoir offert une boisson, Suzy a commencé par me faire sentir, yeux fermés, trois huiles parfumées puis de lui indiquer celle qui correspondait le mieux à mon humeur du jour. Chaque huile a une propriété: énergisante, relaxante et apaisante si je me souviens bien. Et avec cette huile, elle m’a fait un super massage du cuir chevelu, de la nuque et des épaules, le tout au banc de coiffage. C’était vraiment génial et, même après plusieurs visites, je ne m’en lasse pas: la détente, l’efficacité et les délicieux effets de surprise lors de certaines gestuelles sont au rendez-vous.

Les massages continuent également au bac où l’on est confortablement installé: protège-cou, pouf pour les pieds, lumière tamisée… J’apprécie de ne pas être restée toute seule de longues minutes avec les cheveux mouillés pour la pose d’un soin en grelottant: la coiffeuse profitait de ce moment pour me masser de nouveau le cuir chevelu. Bref, tout a été mis en oeuvre pour tenter de rendre le plus agréable possible un moment qui l’est difficilement.

Une chose d’ailleurs sur les massages: contrairement à ce que j’ai expérimenté dans plusieurs salons, ici, on a vraiment l’impression que la coiffeuse suit un protocole clairement défini, qu’elle a appris et maîtrise… pas qu’elle s’adonne à de vagues papouilles selon l’inspiration du moment. J’ai remarqué que les gestuelles étaient véritablement précises: exercices de respiration, points de shiatsu, pressions et effleurages… bref, une prestation de pro.

Je ne vais pas passer des heures sur la coupe et la coiffure puisque, laissant mes cheveux pousser pour l’instant, je demande seulement à faire rafraîchir les pointes et pour le brushing un style lisse sur les longueurs et flou/naturel aux pointes. Toujours est-il que mes consignes sont parfaitement respectées, quand je dis « juste les pointes » ou « half an inch » (oui oui, je parle en inches moi maintenant!), la coiffeuse ne se permet pas de couper plus ou de se lancer un dégradé que je n’ai pas demandé. Petit bonus: si vous avez opté pour une prestation un peu plus sophistiquée (comme le supplément « head spa » que je me suis offert récemment), un autre membre de l’équipe viendra vous faire un superbe massage des mains et des avant-bras pendant que vous vous faites chouchouter au banc de coiffage!

Trois détails sympas pour couronner le tout:

1) La décoration du salon est impeccable. Ici c’est le bois qui domine, positionnement « nature » oblige. Les couleurs utilisées sont organiques: crème, terre et ardoise sont les nuances prépondérantes. Quelques fleurs et plantes rappellent l’importance de celles-ci dans la composition des produits utilisés chez Gina Conway.

2) Le Royaume-Uni ayant beaucoup plus d’avance que nous dans le concept de global beauty, Gina Conway propose, comme nombre d’autre salons ici, une conception à 360° de la mise en beauté: en plus de la coiffure, le salon propose des soins du visage et du corps (y-compris épilations), des services maquillage, manucure et pédicure, ainsi que des massages. J’adore cette idée de pouvoir accéder à tous les services pour se faire belle en un seul et même endroit, surtout quand on l’apprécie et que l’équipe est performante.

3) Pour ne rien gâcher, leur façon de choyer leur clientèle devrait constituer une inspiration pour nos salons. Pour commencer, des échantillons me sont offerts à presque chaque visite (alors que je n’ai jamais acheté aucun produit et qu’on ne me fait pas de forcing). Ensuite, 48h après sa première visite, chaque client reçoit un appel du salon afin de savoir si le résultat correspondait à ce qui était demandé, si l’on compte revenir, si des choses auraient pu être améliorées, etc. Et pour tout ami recommandé, le client peut déduire 20% sur le montant de sa prochaine visite, et l’ami en question bénéficie d’une prestation offerte (mini soin du visage ou soin intensif pour les cheveux). J’en ai fait profiter ma copine Julie qui a été conquise et compte y retourner. Voilà un exemple de politique marketing efficace, vous ne trouvez pas?

 

Pratique

Gina Conway a trois salons, tous situés dans l’Ouest de Londres, plus précisément à Fulham, Notting Hill et Wimbledon.

Les prix varient légèrement selon le lieu. A Fulham, le forfait shampooing/coupe/brushing démarre à 44£, une coloration à 54£. Soins du visage à partir de 45£, du corps à partir de 55£, et massages à partir de 40£.

Read Full Post »