Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for février 2011

Kimantra Urban Spa

Depuis trois mois maintenant, j’habite au nord de Londres, dans un quartier génial qui s’appelle Angel. Déjà, avec un nom comme ça, ça commence bien, non ? Je suis très heureuse d’avoir déménagé, car cet endroit est, non seulement plus central que mon quartier précédent, mais aussi, carrément plus animé : pubs, restos, magasins, salles de concerts, théâtres, rien ne manque…

Mais il y a un lieu que je regrettai : Pure Massage dont je vous avais parlé il y a bientôt un an. Et aussi, je suis dorénavant bien loin de mon centre commercial adoré, j’ai nommé le gigantesque Westfield, où j’allais notamment me faire épiler les sourcils chez Malika, spécialiste de cette discipline. Heureusement, mon amie Julie, familière du quartier, m’a fait découvrir mon nouveau lieu fétiche : Kimantra Urban Spa.

Ce lieu a été créé par un ancien athlète de haut niveau, Kingsley Ogedengbe. Suite à une blessure qui a mis fin a sa carrière sportive, il s’est mis à voyager en Asie et, à son retour, a fondé Kimantra Urban Spa. Son passé sportif, combiné aux connaissances glanées en Thaïlande et en Inde, lui ont donné une expertise en matière de connaissance du corps et de techniques de massage.

C’est bien intéressant tout ça, mais je n’étais pas prête à dépenser beaucoup d’argent dans un lieu que je ne connaissais pas du tout. Alors j’ai commencé par essayer une prestation peu onéreuse : l’épilation des sourcils au fil, technique que vous connaissez forcément si vous avez lu mon billet sur le sujet. Il se trouve que peu d’endroits pratiquent cette technique à Angel, alors quand j’ai eu besoin de me faire ratiboiser les sourcils, j’ai foncé à l’adresse que m’avait donnée Julie. Et je n’ai pas été déçue…

Tout d’abord, le lieu est dans des tons beige et violet profond, avec des éléments de décoration à la fois modernes et « asiatisants ».

C’est propre, cosy, confortable. Pour l’épilation des sourcils, selon l’affluence, ça se passe soit sur un fauteuil inclinable au rez-de-chaussée derrière l’accueil, soit dans une des cabines à l’étage. C’est aussi à l’étage que se situe la salle d’attente très agréable : plein de coussins moëlleux, de quoi se désaltérer, des magazines… Contrairement à beaucoup d’instituts londoniens, Kimantra a placé ses cabines non en lower ground floor (un niveau qui n’existe pas vraiment chez nous, mais qui se situe entre un -1 et un rez-de-chaussée surélevé), mais à l’étage, pour avoir un maximum de lumière naturelle, et respecter, paraît-il, les principes du feng shui

Bref, mon épilation des sourcils a été très satisfaisante : l’esthéticienne a vraiment pris son temps, a été hyper méticuleuse. Elle n’a pas cherché à faire tout au fil, contrairement à ce qui m’est souvent arrivé chez d’autres instituts : quand cela était nécessaire, et venait d’un besoin de précision plus grande, elle retirait un poil par-ci par-là à la pince, et coupait ceux qui étaient trop longs (les miens le sont particulièrement). Elle me montrait régulièrement où on en était, afin de s’assurer que j’étais satisfaite. A la fin, un coton d’antiseptique passé sur les sourcils, mais pas de mini-massage du cuir chevelu comme chez Malika. Bon, c’est aussi 2£ de moins, soit 13£. Le résultat est parfait, alors je valide.

Après 2 épilations des sourcils concluantes, j’ai décidé de continuer mon exploration des services proposés par Kimantra. Un jour où je sortais un peu plus tôt que d’habitude du travail, j’ai eu une envie subite de massage dans le bus, entre le boulot et la maison : j’ai donc appelé Kimantra, qui m’a indiqué avoir une disponibilité de 30 minutes (39£) pile quand je pensais pouvoir être sur les lieux. « Mais ça sera avec un masseur homme, ça ne vous dérange pas ? » – « Euh, non, peu importe… » Je ne croyais pas si bien dire!

Pour ce massage profond du dos, c’est donc Bevan qui m’a accueillie. Souriant, professionnel et discret, ce néo-zélandais est devenu le meilleur ami de mon dos ! Tout d’abord, sa connaissance des affections de cette région du corps est digne d’un kiné : chaque fois que je lui ai cité des noms techniques pour décrire mes nombreux problèmes, il les connaissait et développait sur le sujet afin de m’expliquer ce qu’on pouvait faire pour les soulager par le massage. Il a été aussi totalement honnête en précisant qu’au vu de mes affections, le massage n’était bien sûr qu’une solution partielle, pour aider à soulager.

Et la prestation a été à la hauteur de ses connaissances théoriques. Tout au long des trente minutes, il a concentré son travail exactement là où mon dos en avait besoin. A part pendant les quelques secondes de début et de fin, point de papouilles floues et inutiles : Bevan, sa spécialité, c’est le massage profond des tissus, sur des points de pression ultra-précis. Alors forcément, sur le coup, et pour être tout à fait honnête avec vous, c’est parfois loin d’être une simple partie de plaisir : plusieurs fois, il avait visé tellement juste que j’ai carrément eu mal, parce qu’il avait mis le doigt sur un point où mes muscles étaient particulièrement noués. Mais au fur et à mesure de son instance sur ces points, je sentais les nœuds se défaire pour faire place à la détente.

A la fin, Bevan m’a expliqué pourquoi mes affections me faisaient mal à tel ou tel endroit, et où il pense utile de concentrer son travail si je reviens pour un autre massage. A cette occasion je lui ai posé plusieurs questions, du genre « Mais pourquoi j’ai ça ? » ou « Et pourquoi quand je me mets comme ça, j’ai mal là ? », auxquelles il a répondu de façon professionnelle tout en prenant son temps. Avant de me raccompagner à l’accueil, il m’a parlé des différents forfaits de massage ; cependant, je n’ai ressenti aucune pression à l’achat. En sortant, j’avais exactement la même impression décrite par une journaliste du Times passée chez Kimantra : « I felt as spaced out afterwards as if I’d taken mind-altering drugs ».

Résultat, j’y suis retournée un mois plus tard, cette fois accompagnée de Julie. Etant en congés, nous avons pu bénéficier d’une promotion valable le matin, du lundi au mercredi : moitié prix sur les massages et soins d’une heure. Par conséquent, mon massage de 60 mn (34.50£) m’a coûté bien moins cher que mon massage de 30 mn chez Pure Massage (45£)… et c’était un pur bonheur ! Comme nous sommes venues entre copines, nous avons été installées dans des cabines communicantes (photo), ce que je trouve vraiment convivial. Connaissant les talents de Bevan j’ai demandé à être avec lui et, forcément, le massage était super. Julie et moi étions totalement « spaced out » en sortant…

Mais c’est avec l’esprit clair que j’ai acheté un pack de 5 séances + 1 offerte, une vraie bonne promo comme on sait les faire dans ce pays ! L’esthéticienne de l’accueil m’a dit que si je voulais de nouveau être avec Bevan les prochaines fois, il me faudrait m’y prendre au moins une semaine à l’avance car il est apparemment très demandé. Tu m’étonnes !..

Je n’ai pas testé les soins (réalisés avec la marque Decléor) pour l’instant, ni le spa. Mais promis, si je le fais, je viendrai mettre à jour ce billet.

Pratique

Kimantra Urban Spa se situe au 5, Camden passage, à 2 minutes à pieds de la station Angel. Profitez d’être dans cette adorable petite rue piétonne pour faire un tour chez les boutiques vintage, goûter aux spécialités anglaises du gastropub The Elk in the Wood ou vous offrir une affiche de votre groupe préféré chez Rock Archive avant de vous balader sur le Regents Canal et… Bon, je m’arrête là, on est sur un blog beauté, pas de tourisme!

Si vous avez la flemme de faire les deux stations qui séparent la gare Eurostar de la station Angel, sachez que Kimantra a ouvert une succursale à King’s Cross, dans l’hôtel Holiday Inn (attention, les épilations n’y sont pas proposées).

Le menu des soins est disponible sur le site de Kimantra Urban Spa.

Publicités

Read Full Post »

Aujourd’hui, je vous propose une recette de buzz beauté efficace :

– Prenez une marque de vernis à ongles professionnelle américaine fraîchement rachetée par le groupe L’Oréal : Essie

– Mélangez avec Cowshed, la marque de beauté lifestyle qui monte, et dont je vous ai déjà parlé ici

– Ajoutez une bonne pincée d’action caritative car comme vous le savez si vous avez lu mon billet sur le sujet, c’est le dada des Anglais

– Saupoudrez d’une dose de célébrité comme on les aime tant ici, prenons la DJette Fearne Cotton (je vous ai parlé d’elle ici) et la présentatrice télé Holly Willoughby

Agitez le tout, et vous obtenez le vernis qui créée le buzz sur la blogo anglaise en ce moment : le vernis Essie dans la teinte « Becky’s Wish » pour Cowshed, vendu £10 sur la boutique en ligne Cowshed et dans ses instituts.

 

Tous les blogs et les magazines relaient cette bien jolie histoire. Une jeune fille hospitalisée, Becky, a demandé à l’association caritative Starlight Children Foundation, de réaliser son rêve – puisque c’est une de ses missions : s’offrir le luxe d’une manucure – pédicure professionnelle en compagnie de ses idoles Fearne et Holly. Les deux starlettes se sont alors directement rapprochées d’Essie Weingarten herself pour lui soumettre la demande de Becky. Le tout en partenariat avec Cowshed dont la réputation n’est plus à faire en matière de manucure et pédicure.

Le résultat est une teinte bleu néon, pile dans la tendance « colour blocks » du moment, en édition limitée bien sûr, et dont les bénéfices sont reversés à la Starlight Children’s Foundation.

Bilan… tout le monde est content :

– Essie : fait parler d’elle en bien, et ça tombe à pic pour une société jadis indépendante qui vient de se faire racheter par un géant du secteur

– Cowshed, en quête de notoriété pour ses produits comme pour ses prestations institut, profite du buzz

– Fearne et Holly redonnent un petit coup de fouet bienvenu à leurs carrières respectives

– Les quatre acteurs précédents donnent une image généreuse d’eux-mêmes, capital dans ce pays

– L’association caritative se fait entendre, ce qui booste sûrement les dons

– Enfin, ce produit doit sans doute apporter un grand sentiment de contentement aux consommatrices britanniques car cet achat permet  à la fois : primo de se donner bonne conscience ; deuxio, d’être pile dans la tendance (peu importe si ce n’est pas vraiment portable, c’est tendance on vous dit !) ; tertio, de posséder un produit en édition limitée. What else ?

Read Full Post »

S’il est une valeur sûre et pas chère que j’adore outre-Manche, ce sont les soins des lèvres Vaseline dont je vous ai déjà vanté les mérites il y a quelque temps. Avec leurs prix riquiquis et leurs 5 variétés et le lancement récent de formats sticks en plus des traditionnels baumes en pots, la marque est solidement ancrée au top des ventes de baumes lèvres, produits dont les Anglaises font une consommation effrénée. Tout récemment, la marque créée au XIXème siècle par le chimiste anglais Chesebrough, a sorti un objet absolument irrésistible !

Façon poupées russes, cette jolie boîte ronde contient les trois variétés principales de Vaseline Lip Care – Original (bleu), Aloe Vera (vert) et Rosy Lips (rose) – ainsi que la dernière nouveauté, celle au Cocoa Butter (marron). J’adore le côté vintage de ce contenant, et la couleur rose est tellement bien choisie : je suis certaine que les filles mais aussi les femmes qui n’ont pas leur côté girly dans leur poche ne résisteront pas à cette présentation façon boîte à secrets, pour soi ou pour offrir. Et vu le prix (£7, soit un peu moins que les prix des 4 produits additionnés !), ça serait bête de s’en priver !

Si vous êtes tentées, et que vous ne comptez pas dégainer vos pots estampillés Vaseline dans le métro (ou que vous vous fichez des regards soupçonneux), sachez que cette édition spéciale est disponible chez Superdrug et dans les supermarchés Morrisson’s.

Read Full Post »

Si vous me lisez régulièrement, vous n’êtes pas sans savoir que j’affectionne particulièrement la marque Liz Earle dont je vous ai parlé ici et . Ecolo mais pas roots, qualité mais à prix doux, simplicité mais aussi efficacité, voilà qui me semble bien résumer l’essence de la marque.

Pour m’accompagner au long de cet hiver londonien capricieux, Liz Earle m’a envoyé deux produits : la crème pour les mains Hand Repair et le lait pour le corps Energising Body Lotion. Avant de vous en dire plus, il me faut signaler l’honnêteté et la transparence continue dont fait preuve la marque : si j’aime leurs produits en général, certains m’ont déçue et je n’ai pas hésité à le dire très clairement ici conformément à mon engagement « zéro langue de bois » envers mes lecteurs. Pourtant, la marque continue à me proposer des envois de produits : voilà une entreprise qui n’a pas peur de se soumettre au jugement de ses consommatrices, une chose j’applaudis des deux mains !

Le premier produit dont je voudrais vous parler est la crème pour les mains Hand Repair. Elle fait partie de leur ligne de soins des mains et des pieds toute de bleu clair et argent vêtue, qui comprend, outre cette crème : un savon liquide pour les mains, un gommage et une crème pour les pieds, ainsi que des gants et des chaussettes en coton aux couleurs de la ligne pour vous faire des « masques » nourrissants des mains ou des pieds.

Comme souvent chez Liz Earle, Hand Repair existe en plusieurs formats : 15 ml parfait pour essayer ou pour voyager, 50 ml impeccable pour le sac, et 150 ml très bien pour la maison. Si les deux premiers sont en tubes, le troisième est… en flacon-pompe. Voilà qui est inhabituel pour un soin des mains mais surtout vraiment bien pensé !

Moi j’ai eu le tube 50 ml que j’ai traîné partout avec moi, dans mon sac à main. Quatre ingrédients-clés constituent ses principes actifs :

– l’échinacée : une plante nord-américaine connue pour stimuler la prolifération des fibroblastes – je parie que si vous avez grandi avec les pubs de crèmes anti-rides L’Oréal Paris des années 1990-2000, vous savez déjà qu’il s’agit des cellules qui contribuent à la guérison rapide et à l’élasticité de la peau ;

– le houblon : pas de doute, Liz Earle est bien une marque anglaise :-) cette plante est ici utilisée pour ses propriétés stimulantes et tonifiantes ;

– la vitamine E naturelle (d’une source, paraît-il, trois fois plus puissante que la classique vitamine E chimique !) : cet antioxydant aide à protéger de la peau contre les radicaux libres provenant de la pollution et du soleil.

Sur le papier ça a l’air bien, mais j’avoue que j’avais un peu d’appréhension avant le test fatidique. La seule crème pour les mains naturelle que j’avais essayée jusqu’à présent était celle de BalanceMe, qui ne m’a pas plu du tout en raison de sa texture beaucoup trop, disons, hum… naturelle.

Heureusement, Liz Earle a relevé le défi avec brio. La consistance de la crème Hand Repair est juste parfaite : épaisse et doudou, mais facile et rapide à étaler et appliquer. De plus, on n’en utilise que très peu à la fois. La sensation après application est impeccable : un fini léger, velouté, presque poudré. L’odeur est aussi agréable, réconfortante tout en restant discrète: on sent  un peu le néroli, que j’adore, et on est loin des odeurs très végétales que je reproche à nombre de produits naturels (dont certains de Liz Earle d’ailleurs) – ouf ! Côté efficacité, j’ai utilisé cette crème au plus dur de l’hiver et mes mains sont restées douces et confortables, qu’il neige ou qu’il pleuve (ce qui a été le quotidien à Londres il n’y a pas si longtemps). Je valide ! :-)

Concernant le nouveau lait pour le corps Energising Body Lotion, je suis un peu plus mitigée. Déjà, je pense que je ne suis pas tout à fait dans la cible : je n’ai pas besoin d’être énergisée mais plutôt détendue, d’autant plus que je ne me douche pas le matin mais le soir… pas vraiment le moment où on a envie d’être réveillé et tonifié !

Du coup, l’odeur ne m’a vraiment pas emballée, et, pas de bol, elle est apparemment commune à toute la gamme Energising qui comprend aussi un gel douche, un gommage corporel et un gel pour les jambes. Je crois que j’ai d’autant plus déchanté qu’à la lecture des principes actifs, j’imaginais une senteur de rêve : eau de roses de Damas en second ingrédient, huile d’orange douce un peu plus loin… Malheureusement, c’est plutôt une odeur végétale, très « huiles essentielles » qui domine clairement cette impression olfactive. En ingrédients actifs, on a un mélange de 19 essences de plantes, notamment du lierre, de la caféine de l’extrait de marronnier et du petit-houx, tous bien connus pour leurs propriétés tonifiantes et stimulantes.

Si l’odeur m’a laissée de marbre, la texture, en revanche, est toute autre. Elle est fraîche, légère et gélifiée : bref, elle répond bien à la case « énergisante » du cahier des charges. L’application est un vrai bonheur : le lait fond littéralement sur la peau, et se répartit ultra facilement. Pour couronner le tout, elle pénètre en un clin d’œil et laisse un fini satiné, presque imperceptible : parfait pour matin, encore une fois.

Concernant l’efficacité, je déconseillerais ce produit aux peaux sèches à très sèches. S’il a été parfait pour les zones moyennement sèches que sont chez moi les cuisses et les bras par exemple, il a été insuffisant sur les tibias et les genoux. La contrepartie, c’est que les actifs et la textures s’associent pour donner un léger effet raffermissant et lissant, toujours bienvenue pour quiconque a un peu de cellulite (donc tout le monde sauf les mannequins et les sportives, non ?).

Et vous, comment réconfortez-vous votre peau cet hiver ? Vous êtes plutôt adepte de formules stimulantes pour éviter à votre peau de se la jouer ramollo, ou alors doudou pour dégommer la peau de croco ?

Read Full Post »