Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for octobre 2010

Balance Me

Les Anglais et la nature, c’est une grande histoire d’amour : pensez à la légendaire campagne anglaise, à la passion des mamies British pour la rose ou le muguet, à The Body Shop… Du coup, la tendance cosméto naturelle est loin d’être nouvelle outre-Manche, et est super développée. Aujourd’hui c’est de Balance Me que je vais vous parler : une marque naturelle qui monte, qui monte…

La marque

Tout commence quand Clare Hopkins, alors âgée de 18 ans à peine, créé une huile 100% naturelle  à base de genévrier et de bergamote pour sa sœur Rebecca (ex-communicante chez L’Oréal Division des Produits de Luxe à Londres) qui était alors enceinte et craignait de voir sa peau se parer de marbrures…

Deux enfants (et zéro vergeture m’a assuré Rebecca !), quelques produits plus tard et des critiques très enthousiastes de la presse au passage, les deux sœurs sont à la tête d’une des marques naturelles les plus tendance du moment : Balance Me.

Selon Rebecca (que je remercie beaucoup d’avoir répondu à mes questions), trois éléments distinguent Balance Me des autres marques naturelles :

  • une haute concentration en huiles essentielles
  • une action sur la peau mais aussi sur l’esprit grâce au parfumage naturel des produits
  • des produits qui fonctionnent vraiment et qui donnent des résultats visibles.

Le tout, fabriqué au Royaume-Uni et certifié Ecocert, ce qui devrait plaire aux natur’addicts françaises puisque cette certification est de chez nous !

Balance Me s’engage aussi à ne pas utiliser de parabènes, sulfates, PEG, huiles minérales, colorants et parfums artificiels ou encore silicones. Et les compositions complètes sont sur le site officiel de la marque donc pas de surprise de ce côté-là.

Côté produits, Rebecca m’a confié que ses chouchous perso sont l’exfoliant à la menthe verte (Skin Brightening Exfoliating Spearmint Polish) qui est un des grands succès de la marque grâce à sa triple action gommante / stimulante / hydratante, ainsi que l’huile que lui a concocté sa sœur Clare, la Super Oil with juniper & bergamot. Par chance, cette dernière, ainsi que 2 autres produits, fait partie du joli colis que la marque m’a gracieusement envoyé…

Le test

Premier produit à passer sur la sellette : le gel douche Super Wash with juniper & bergamot. Je n’avais jamais utilisé de gels douche naturels auparavant, du coup je ne savais pas trop à quoi m’attendre. Non en fait pour être tout à fait honnête avec vous, je ne suis pas une accro au naturel alors j’avais un peu peur – voilà, c’est dit. Eh bien j’ai été très agréablement surprise !

J’avais toujours entendu dire que les gels douche naturels étaient trop liquides et qu’on avait tendance à en mettre trop… Pas de souci avec celui de Balance Me dont la qualité de la texture est en tous points comparable aux gels douche « chimiques » : vraie texture gel qui ne coule pas partout, répartition facile, mousse abondante et rinçage éclair sont au rendez-vous. Je n’ai pas été très enthousiasmée par l’odeur (encore une fois, je ne suis ni habituée ni particulièrement fan de tout ce qui est totalement naturel) dégagée pendant l’utilisation car je l’ai trouvée très végétale et trop présente – mais une fois la peau rincée, c’est parfait : un parfum léger, naturel sans faire trop « roots ».

Il existe d’autres parfums de gels douche chez Balance Me : Rose Otto pour les fans de la reine des fleurs, Petitgrain & Green Myrtle qui fait aussi savon pour les mains, Shea Butter & Yarrow aux propriétés hydratantes, Ylang Ylang & Frankincense à la senteur délassante et enfin Lime & Ginger pour les matins difficiles.

J’ai continué mon rituel avec la fameuse Super Oil assortie avec beaucoup d’espoirs – si elle est plébiscitée par la rédactrice en chef beauté de Vogue UK, c’est qu’elle doit être bien !

Alors commençons à l’envers, avec les résultats : peau hyper souple (y-compris le lendemain de l’application), nourrie, tonifiée au fil des utilisations et efficace même sur les zones très sèches et rugueuses. En revanche, l’application a été assez pénible : le produit est assez épais, gras (forcément), pas super facile à répartir et encore moins à faire totalement pénétrer. J’ai eu beau attendre avant de me rhabiller, la sensation sur la peau restait assez désagréable, et le produit donnait son odeur assez forte à mes vêtements. A recommander aux habituées et amatrices d’huiles… les autres préfèreront une huile sèche, chimique certes, mais moins contraignante.

Pour info, et si l’association genévrier / bergamote ne vous dit pas trop, il existe une autre huile pour le corps chez Balance Me, au néroli et fruit d’églantier, dont Claudia Schiffer est fan !

Dernier produit : une nouveauté chez Balance Me – la Super Moisturising Hand Cream with yarrow and shea butter. Cette crème pour les mains au beurre de karité et l’achillée millefeuille (dont les vertus médicinales sont connues depuis la préhistoire m’informe l’ami Wiki) a reçu le « Beauty Insiders’ Choice » du CEW (Cosmetics Executive Women) 2010, et si vous avez lu mon article sur les awards vous savez à quel points chacun de ces petits macarons compte, surtout pour les jeunes marques.

Balance Me nous explique que c’est la crème la plus riche qu’ils aient créée à ce jour, à utiliser sur les mains (la première partie de notre corps à montrer les signes de l’âge, nous rappelle la marque) bien sûr mais aussi sur les pieds ou sur toutes autres zones très sèches du corps.

Je n’ai pas encore les mains marquées par les signes du temps, merci bien, mais avec le froid qu’il fait à Londres en ce moment je trouve cette crème vraiment efficace, instantanément. Elle procure une sensation de confort intense dès l’application et laisse la peau souple et nourrie. Mais là encore, côté facilité d’utilisation, c’est une autre histoire (d’ailleurs la marque se garde bien de promettre quoique ce soit au sujet de la pénétration du produit) : du coup je recommande d’éviter absolument les paumes, car à la moindre humidité sur cette zone, le produit rend les mains poisseuses et glissantes – mon chéri a même refusé de me tenir la main après que j’aie utilisé cette crème juste avant de sortir affronter les températures londoniennes… pas glop ! A utiliser en frottant les mains dos à dos donc.

La marque a un autre produits star mais que je n’ai pas eu l’occasion de tester : Stellar Beauty Balm, un baume à tout faire que la rédac’ chef beauté de Grazia UK a rebaptisé « le Louboutin des baumes à lèvres »… tout un programme! Balance Me propose également des soins capillaires, des baumes à lèvres et des baumes pour le corps.

Mon verdict

Pour faire un bilan en tant que consommatrice et marketeuse à la fois, façon j’aime / j’aime pas, je dirais que j’aime chez Balance Me…

…son identité visuelle : une jolie typo, des volutes végétales qui permettent à Balance Me de se démarquer, des packagings tout sauf ennuyeux grâce à leurs couleurs vives et acidulées

…son dynamisme : en cinq années seulement et avec une équipe réduite, Balance Me a développé plus d’une vingtaine de produits, conquis la presse féminine (avoir une communicante passée par un des leaders mondiaux du secteur, ça peut aider), récolté moult awards, et assure une présence commerciale importante au Royaume-Uni (notamment chez John Lewis et Waitrose ainsi que sur la chaîne de shopping télévisé QVC) mais aussi en Scandinavie, en Belgique, à Hong-Kong et à Singapour !

…l’honnêteté de son approche : des promesses simples à comprendre et pas surfaites (cf. la crème pour les mains), des compositions des produits affichées sur le site et des prix raisonnables

Mais j’aime moins

…les odeurs et textures de certains produits, qui auront du mal à convertir les « non-naturelles »

…le fait que les marques naturelles se multipliant, on retrouve des similitudes entre elles : le logo « Balance Me Promises » me fait penser à celui de REN Skincare et le nom à celui de la pionnière française Doux Me.

Adeptes de naturel, avez-vous trouvé une super idée shopping pour votre prochain séjour à Londres ?

Habituées au « chimique », une marque comme Balance Me arriverait-elle à vous faire basculer du côté vert de la force ?

 

Pratique

En France, Balance Me a un seul revendeur, assez curieux d’ailleurs: une chambre d’hôtes dans les Landes. Si vous n’êtes pas prêts à aller jusque là-bas pour un gel douche et une huile corporelle, sachez que le site de la marque livre en France.

Au Royaume-Uni, nombreux revendeurs dans tout le pays, notamment les chaînes de grands magasins John Lewis et de supermarchés Waitrose.

Prix: de £4 le mini gel douche à £24 la Super Moisturising Oil with neroli & rosehip

Publicités

Read Full Post »

Quel point commun entre la Française Lollipops, la Suédoise H&M, l’Américaine American Apparel, et les Anglaises Accessorize et TopShop?
Si vous avez lu mon billet de fin septembre, vous avez la réponse : toutes ces marques de vêtements/accessoires se sont lancées, plus ou moins récemment, dans le maquillage.

Celui de TopShop s’est fait, importance de l’enseigne oblige, en grandes pompes. Relations presse de folie, évènement bloggueuses, affichage en vitrines et dans les magasins, rhabillage des sacs qui a transformé toutes les serial shoppeuses en femmes-sandwiches…
Bref, impossible d’avoir loupé cette incursion dans la beauté par ce qui est sans doute l’enseigne de fringues préférées des Britanniques.

Ce lancement datant d’il y a quelques mois déjà, c’est aujourd’hui de leur collection saisonnière que j’aimerais vous parler dans cette rubrique « Actualités ».


Eh oui, il n’y a pas que Bourjois ou Lancôme qui sortent des « looks » tendance pour l’automne ou le printemps. TopShop a récemment mis sur le marché une collection automnale intitulée « Heavy Duty collection » (de 6 à 9 livres). Exit les parisiennes midinettes ou le romantisme de l’été indien, ici l’inspiration est plutôt grunge – « heavy duty » signifie « lourd » comme dans « poids lourd » ou « travaux lourds »…

Autour de cet esprit urbain et industriel, TopShop nous a concocté:
– 3 Nails (vernis à ongles) : Future, Grunge et Lead (=plomb), très foncées et avec des reflets façon tâche d’huile
– 4 Solid Gel Eyeliner : Ravine, Etch, Steely et un surprenant rose fluo nommé Facet
– 2 Duo Eyeshadow : Greyscale et Thunder (j’adore ce bleu pétrole-pétard)
– 2 Chunky Crayon : Burnish et Graphite
– 1 Mascara
– 1 Loose Kohl Dust pour s’en mettre partout histoire de se faire un oeil mi-panda mi-grunge
– 2 types de faux-cils
– 3 Lipgloss : Gloom (un brun foncé aux reflets presque gris), Volt et Undertone
– et enfin 1 Lip Marker Pen dans une seule teinte : Berry

Le Lip Marker Pen fait pas mal parler de lui car il s’agit d’un type de produit qui, s’il est totalement banal aux USA, l’est beaucoup moins en Europe: il s’agit d’un marqueur à lèvres, véritable « lip stain« , qui colore les lèvres d’une teinte longue tenue grâce à une absence totale d’ingrédients cireux ou huileux.
Parfait pour un effet « lèvres mordues » qui a été beaucoup vu sur les défilés Automne/Hiver… et pour essayer de se faire une place sur un marché des lipstains qui attire de plus en plus d’appétits (Max Factor vient de se lancer ici, on attend Maybelline d’une semaine à l’autre)…

Read Full Post »

Je vous ai déjà parlé du fabuleux magasin Liberty et de l’excellente marque de parfums niche Miller Harris

Eh bien cette combinaison déjà bien intéressante est enrichie d’une collaboration avec le célèbre chausseur Manolo Blahnik à qui Liberty a décidé de laisser carte blanche. Le temps d’une collection d’accessoires exclusive pour le grand magasin, la marque célébrée par Carrie Bradshaw et ses amis se réinvente autour des imprimés Liberty.

Et c’est dans ce cadre qu’elle s’est associée à Miller Harris pour le lancement d’une bougie parfumée en édition limitée. La fragrance de cette bougie intitulée « Bouton de Rose » est, selon Kristina Blahnik, petite-fille du créateur, une “évocation précise des senteurs de roses, de citron, d’orange et de baies que l’on respire quand on se promène dans la demeure du 17ème siècle de mon arrière grand-père aux Canaries – Manolo adore cet endroit », précise-t-elle. Tout un programme!

En rupture de stock il y a quelques jours, Liberty vient d’être réapprovisionné! A l’approche des fêtes de fin d’année, cette bougie collector me semble être une idée cadeau bien sympa pour les fans de Monsieur Blahnik… et ce, pour « seulement » £36, soit un dixième du prix d’une paire de ses chaussures ;-)

Read Full Post »

Personnes âgées isolées, femmes battues, malades de cancers du sein ou autre, élèves défavorisés, animaux maltraités… Au Royaume-Uni, toute cause est bonne pour faire du business. Chacune a sa kyrielle de charities ou associations caritatives, qui emploient 1 personne sur 50 dans le pays ! Publicités dans le métro montrant des ados SDF vous implorant du regard, appels téléphoniques destinés à vous soutirer 1£ par mois pour les chiens abandonnés, pleines pages dans les magasines et journaux avec des gros plans sur des becs de lièvres d’enfants du bout du monde, pages de publicité montrant des blessures béantes dans des hôpitaux délabrés… le choix est large et le sensationnel au rendez-vous.

Pourtant les Anglais, éduqués au stiff upper lip (littéralement : lèvre supérieure raide, l’opposé de ce qu’il nous arrive quand on s’apprête à pleurer) font tout pour ne pas montrer leurs émotions en public. Au pub, ils préfèrent multiplier les pintes de bière tiède qui les font délirer plutôt que de se lancer dans des conversations profondes sur des sujets trop personnels. Au travail, on ne plaisante pas trop et on évite les discussions d’ordre privé –  c’est la business attitude qui règne. Mais quand il faut donner pour une charity, quelle qu’elle soit, et peu importe ses revenus, ils répondent « présent », et en masse. Une séance de rattrapage pour la bonne cause, en somme.

Alors forcément, les moyens sont là et les sollicitations véritablement incessantes. Je dois avouer que quand on n’y est pas habitué, c’est assez insupportable et ça peut même carrément enlever l’envie de jouer le jeu. Mais bon, c’est vraiment un des dadas des Britanniques alors toutes les industries essaient de se faire une place dans ce business, y compris celle de la beauté. C’est au travers de deux initiatives très importantes au Royaume-Uni que j’aimerais vous en dire plus à ce sujet.

 

La première est une association qui se nomme « Look Good… Feel Better ». Créée il y a presque 20 ans et maintenant présente dans 21 pays, il s’agit d’une initiative très intéressante. Le principe : organiser des ateliers rassemblant des femmes atteintes de cancer, et les aider à se sentir mieux grâce à des activités liées à l’amélioration de leur apparence. Cela va de retrouver le goût à se maquiller, à apprendre à choisir sa perruque, savoir poser son foulard sur la tête ou redessiner des sourcils devenus trop rares.

Un des points critiques pour LGFB est de collecter des produits de beauté et des fonds. Mais pas de souci pour l’association, toutes les entreprises du secteur se bousculent au portillon. Pendant que Procter & Gamble fournit un entrepôt gratuit, une multitude d’entreprises offrent des produits : Estée Lauder, L’Oréal, Coty, Elizabeth Arden, Revlon, Clarins, LVMH, Sisley et bien d’autres. Mais elles s’appliquent aussi à collecter des dons. Dans mon entreprise précédente, des ventes de produits déréférencés (pour cause de changement de packaging ou de collections saisonnières) étaient régulièrement organisées, et l’ensemble des recettes allait à LGFB. Dans mon entreprise actuelle, il y a souvent des ateliers destinés à collecter des fonds : concours de pâtisserie, jeux, etc… On a même eu récemment la présidente de l’association ainsi qu’une bénéficiaire qui sont intervenues pour nous expliquer le fonctionnement de cette organisation et nous remercier de notre générosité en nous assurant que nous étions une des marques les plus généreuses – le même discours est-il tenu aux autres ?… voilà la question qu’en tant que cynique Française, je n’ai pu empêcher de me poser.

 

L’autre initiative dominante sur ce marché (appelons un chat, un chat) est Breast Cancer Awareness, destinée à lutter contre le cancer du sein et utilisant le ruban rose comme symbole. Chaque début d’octobre, c’est le branle-bas de combat : quantités de marques (de beauté mais pas seulement) lancent des produits plus ou moins roses pour se faire entendre, tout ou partie des ventes allant à l’association. Cette initiative est très fortement soutenue par les marques du groupe Estée Lauder (comme Aveda, Bobbi Brown, Clinique, Crème de la Mer etc) car la mythique fondatrice de cette multinationale était particulièrement sensible à cette cause.

Et c’est précisément cet évènement annuel qui m’a donné envie de vous parler de ce phénomène, et en particulier une double page de l’excellent hebdomadaire féminin gratuit Stylist. Chaque semaine, la première double page de ce magasine est une « style list » très attendue : les 30 produits (beauté, prêt-à-porter, maison…) qui font le buzz cette semaine. Mercredi dernier, cette liste était consacrée aux produits roses participant à l’opération Breast Cancer Awareness. Et là je me suis dit : quelle sacrée opération de comm’ ! Ca fait une jolie histoire et un joli produit que les attachées de presse peuvent envoyer aux rédactrices beauté (c’est texto ce qu’on disait d’un produit sur lequel j’ai travaillé dans mon entreprise précédente et qui –  bingo ! –  figure sur cette page), ça donne une bonne image, ça améliore la visibilité en point de vente… bref, cela permet aux marques, connues ou inconnues, de faire parler d’elles en bien et accessoirement de booster leurs ventes dans la période un peu creuse qui précède les achats de Noël.

 

Forcément, tout cela soulève plein de questions quant à l’authenticité et la motivation derrière ces démarches… Y participer n’est-il pas devenu, par la force des choses, quasi obligatoire ? Les marques qui jouent le jeu le font-elles plutôt pour des raisons honorables, ou tout simplement pour s’en mettre plein les poches et/ou se racheter une réputation au passage?

Evidemment, impossible d’apporter une réponse claire à ces questions, mais je serais curieuse de connaître votre avis. Que pensez-vous de ces initiatives ? Avez-vous envie d’acheter les produits mis en avant par Stylist ? Mais… parce qu’ils sont roses, parce qu’ils sont cités par ce magazine branché, et qu’ils vont devenir par conséquent des it-machins, ou bien parce que vous voulez faire une bonne action ? Enfin et surtout, le fait qu’une marque soutienne ce genre d’associations vous donne-t-il une meilleure image d’elle ?

Read Full Post »